La Recherche

Accueil » Histoire de l'Ecole » Contribution pour une histoire de l’école Camondo 006

Contribution pour une histoire de l’école Camondo 006

Citation du mois


La propriété c’est le vol ! dans Qu’est-ce que la propriété ? ou recherches sur le principe du droit et du gouvernement, 1840. La propriété c’est la liberté ! dans Système des contradictions économiques ou philosophie de la misère, 1846

Pierre-Joseph Proudhon

Autres définitions du design et de l'architecture sur la page Citations

Par une lettre du 15 novembre 1944 adressée aux élèves admis au concours d’entrée, la direction du Centre d’art et de techniques indique :

Mademoiselle,

Je suis heureux de vous informer qu’à la suite de l’examen du 9 novembre vous avez été admise comme élève au Centre artistique et technique de l’Union centrale des arts décoratifs.

Une petite réunion des professeurs et des élèves aura lieu le lundi 20 novembre à 18 heures, 59 rue Saint-Dominique, monsieur de Ganay serait heureux que vous y assistiez.

Les cours commenceront le mardi 21 novembre à 10 h.

Ce courrier officiel figure aux archives des Arts décoratifs (1), avec un autre courrier, du 28 mars 1945, adressé aux professeurs :

Cher monsieur,

Je vous informe qu’à partir du 10 avril les cours de notre centre n’auront plus lieu rue Saint-Dominique mais dans une des salles du Musée Camondo, 62 rue de Monceau (Métro Villiers).

Le cadre est très bien, la salle parfaite, et de plus, nous espérons pouvoir, dans un délai rapproché, l’aménager de telle sorte que les élèves, selon vos vœux, pourront y travailler en dehors des cours.

La chronologie des premiers temps de l’école Camondo se précise. Ainsi, on sait maintenant que les premiers cours, dispensés dans l’hôtel de Ganay, 59 rue Saint-Dominique dans le 7e arrondissement à Paris, l’ont été à partir du 21 novembre 1944, jusqu’au 10 avril 1945, jour du premier déménagement de l’école, pour le musée Nissim de Camondo.

ruesaintdominique

59 rue Saint-Dominique 75007 Paris

camondogarage

Garage du 62 rue de Monceau, investi par le Centre d’art et de techniques en avril 1945

 

(1) cote B3/16, merci à Elise Barzun, archiviste des Arts Décoratifs

Tous les articles

%d blogueurs aiment cette page :