La Recherche

Accueil » Billets de la bibliothèque » Claude axonométries Courtecuisse

Claude axonométries Courtecuisse

Citation du mois


La propriété c’est le vol ! dans Qu’est-ce que la propriété ? ou recherches sur le principe du droit et du gouvernement, 1840. La propriété c’est la liberté ! dans Système des contradictions économiques ou philosophie de la misère, 1846

Pierre-Joseph Proudhon

Autres définitions du design et de l'architecture sur la page Citations

Il faut voir l’exposition Claude Courtecuisse au Château d’Oiron (1), où 10 de ses grands dessins au fusain sur Canson sont présentés.

Claude Courtecuisse, c’est le designer d’objets des années Prisunic, c’est l’auteur de Dis-moi le design, petit ouvrage d’introduction aux notions liées à l’histoire et à la conception du design, c’est le créateur et photographe d’Un léger déplacement dans l’ordre des choses, de Détours d’objets, et la bibliothèque de l’école Camondo dispose désormais du catalogue d’exposition Claude Courtecuisse, Grands dessins.

Claude Courtecuisse fut enseignant jusqu’il y a peu, et co-directeur de l’école Camondo dans les années 1990.

Là c’est le dessinateur d’axonométries imaginaires au fusain, à partir d’architectures emblématiques de l’histoire des classicismes français et italien, ou d’une Tour de Babel interprétée d’après Bruegel et autres grands maîtres de la Renaissance, ou même d’objets tels un moulin à café ou un presse-agrumes représentés avec le même soin et la même facture qu’une basilique de la Renaissance.

Claude Courtecuisse est un maniaque : ses dessins sont d’un format impressionnant (150×220 cm), déjà une performance, mais les réaliser au fusain est de l’ordre du record sportif. On cherche en vain la tache qui salit en principe n’importe quelle image au fusain, là non.

On sait que le moindre de ses dessins lui prend des semaines entières, sans compter les recherches documentaires qui précèdent, et les croquis préparatoires. Son travail a toujours été chargé de nombreuses références : avec Dis-moi le design, il s’adapte à un public le plus large possible et ne se prend pas au sérieux ce qui est notable pour un designer, avec ses objets détournés, il multiplie les clins d’oeil à l’amateur de design, et avec ses fusains, il fait des variations à partir de références à l’histoire de l’architecture, à l’histoire de l’art, à l’histoire de l’objet, avec légèreté… Mais on sait que même la légèreté est soumise à la gravité.

COURTECUISSE

L’amphithéâtre extrait de La cité idéale, panneau de Baltimore

Fusain sur papier Canson, 150×220 cm, 1992

Du 19 avril au 7 juin 2015, Claude Courtecuisse, Grands dessins, Château d’Oiron

(1) 10 rue du Château 79100 Oiron tél 05 49 96 51 25

Tous les articles

%d blogueurs aiment cette page :