La Recherche

Accueil » Histoire de l'Ecole » Contribution pour une histoire de l’école Camondo 007

Contribution pour une histoire de l’école Camondo 007

Citation du mois


(…) Il est du principe de l’œuvre d’art d’avoir toujours été reproductible.

Walter Benjamin

dans L’oeuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique

Autres définitions du design et de l'architecture sur la page Citations

Cette photographie de la première promotion du Centre d’art et de techniques a été prise en avril 1946, au cours d’un voyage d’étude à Fontainebleau.

194404FONTAINEBLEAU

On reconnaît à gauche Michel Arnoult, qui partira bientôt pour le Brésil où il se fera un nom en tant que designer, avec à ses côtés Geneviève Pons.

Sous le chapeau, Monsieur Maris, professeur d’histoire de l’art, guide de ce voyage, et troisième en partant de la droite, Bernard Durussel.

Nous ne désespérons pas d’identifier bientôt les 4 autres élèves.

Pour Geneviève Pons, la classe de deuxième année (scolarité 1945-1946) du CAT est ici au complet, ce qui contredit les quelques sources présentes aux archives des Arts Décoratifs, et toutes et tous avaient auparavant suivi le cursus de l’Ecole des Arts Décoratifs, emmenés par leurs enseignants eux-mêmes appelés par René Prou, Boudin et de Ganay à rejoindre la nouvelle école de l’Union Centrale des Arts Décoratifs.

Leurs enseignants, toujours dixit Geneviève Pons, avaient recommandé aux élèves de l’Ecole des Arts Décoratifs – à ne pas confondre avec l’Union Centrale du même nom – plus intéressés par les arts appliqués que par les beaux-arts de poursuivre leurs études au CAT pour approfondir leur savoir faire en matière de création de mobilier.

Geneviève Pons, dans un entretien que nous publierons prochainement, explique que les élèves auraient dû être plus nombreux, mais que la guerre de libération avait imposé aux garçons de partir pour le front, et notamment à Strasbourg rejoindre la fameuse 2e DB, interrompant leurs études.

Tous les articles

%d blogueurs aiment cette page :