La Recherche

Accueil » Billets critiques » L’architecture intérieure ça n’existe pas 008

L’architecture intérieure ça n’existe pas 008

Citation du mois


(…) Il est du principe de l’œuvre d’art d’avoir toujours été reproductible.

Walter Benjamin

dans L’oeuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique

Autres définitions du design et de l'architecture sur la page Citations

La brochure ONISEP 2011 propose sa définition, reconnue par le Ministère de l’Education Nationale, du métier d’architecte d’intérieur :

Concevoir et réaliser des espaces intérieurs esthétiques, confortables et fonctionnels en jouant avec les volumes, la lumière, le mobilier et les matériaux, tout en tenant compte des contraintes techniques et budgétaires, telles sont les missions de l’architecte d’intérieur. (1)

Concevoir et réaliser des espaces intérieurs, voilà pour notre édification.

Mais la définition ne gagnerait-elle pas en efficacité sans les adjectifs esthétiques, confortables et fonctionnels ?

La notion d’esthétique, lorsqu’il s’agit comme ici de l’adjectif, renvoie à ce que le Robert définit comme relatif au sentiment du beau, ce qui pose question, et pourrait bien renvoyer à la mode et aux goûts, c’est-à-dire au bon goût, d’une époque. C’est flou.

La notion de confort n’est pas limpide non plus, puisqu’elle est presque aussi relative que l’esthétique.

Pour ce qui est d’un caractère fonctionnel en revanche, on suppose qu’il s’agit de respecter les normes ergonomiques, et de choisir une chaise sur laquelle on peut s’asseoir plutôt que pas.

Alors admettons, quoique ce terme renvoie si directement au Bauhaus qu’il date la définition sans tellement l’enrichir.

Reste le choix du verbe « jouer avec » (les volumes, la lumière, le mobilier, les matériaux), qu’on comprend comme un loisir vite tempéré par les contraintes techniques et budgétaires.

Notons que l’ONISEP retient une formation spécifique, mais sans qu’un métier autre que celui d’architecte d’intérieur y soit associé : la double formation d’architecte d’intérieur-designer, avec une seule référence, bien sûr (tatata…) l’école Camondo.

La quête de l’architecture intérieure, mythologie française contemporaine, se poursuit donc.

1-A cette définition, le ministère ajoute un synonyme d’architecte d’intérieur : designer d’espace, titre qui définit un BTS remplaçant depuis 2002 celui d’architecte d’intérieur dans la traditionnelle filière des arts appliqués (Olivier de Serre, Ecole Boulle etc).

Tous les articles

%d blogueurs aiment cette page :