La Recherche

Accueil » Billets critiques » Anthropotechnologie

Anthropotechnologie

Citation du mois


La propriété c’est le vol ! dans Qu’est-ce que la propriété ? ou recherches sur le principe du droit et du gouvernement, 1840. La propriété c’est la liberté ! dans Système des contradictions économiques ou philosophie de la misère, 1846

Pierre-Joseph Proudhon

Autres définitions du design et de l'architecture sur la page Citations

L’anthropotechnologie, ou anthropologie des techniques.

Philippe Geslin (1), initiateur de la discipline et auteur du néologisme, en donne la définition suivante:

L’anthropotechnologie s’oriente vers la résolution de problèmes que pose l’arrivée d’une technologie nouvelle dans un environnement différent de celui qui lui a donné naissance (1).

GESLIN

Elle fait appel aussi bien aux méthodologies de la philosophie que de l’histoire, à celles de la sociologie et des sciences cognitives, à l’ethnologie et à l’anthropologie, qu’au concept de design, lorsque ces sciences humaines deviennent appliquées.

D’un point de vue épistémologique, elle ouvre de nouvelles pistes de recherche en matière de transferts de technologie en ne se focalisant plus uniquement sur les concepteurs, les techniques et leurs usages, mais en accordant aussi un intérêt particulier aux acteurs impliqués, c’est-à-dire au facteur humain.

Les thèses d’anthropotechnologie vont souvent jusqu’à la proposition de projets s’apparentant au design, ainsi de la filière Ingénieur-Designer proposée par l’institut d’ethnologie de Neufchâtel.

C’est le cas lorsque cette anthropologie des techniques devient appliquée, concentrant ses actions sur l’étude et l’amélioration des conditions de travail, par exemple.

Un volet de l’action de Philippe Geslin consiste ainsi à proposer l’intervention de l’anthropotechnologie à des partenaires sociaux, tels des entreprises, des agriculteurs, des communautés humaines etc.

Ces notions agglomérées suggèrent l’émergence de nouveaux métiers, aux compétences multiples et transversales : anthropologue-designer, ingénieur-anthropologue, ou dans l’autre sens, ou les 3 en même temps.

Le concepteur du XXIe siècle est anthropologue et ingénieur, il fait du design et il est suisse, nobody’s perfect.

(1) L’image illustrant cet article est tirée de l’iconographie de Peau d’ours sur ciel d’avril, conférence donnée par Philippe Geslin. L’environnement étudié est le grand Nord, chez les Inuits du Groenland.

(2) Philippe Geslin, chargé de cours d’anthropologie de l’objet à l’institut d’ethnologie de Neuchâtel, et dirige un séminaire d’anthropotechnologie.

Tous les articles

%d blogueurs aiment cette page :