La Recherche

Accueil » Histoire de l'Ecole » Contribution pour une histoire de l’école Camondo 023

Contribution pour une histoire de l’école Camondo 023

Citation du mois


Seul ce qui est sacré vaut la peine d'être profané.

Oscar Wilde dans Le portrait de Dorian Gray (1891)

Visite du Musée Nissim de Camondo avec Jean-François Giraud, régisseur de l’école Camondo de 1986 à 2017.

IMG_1133.jpg

Le 63 rue de Monceau et son Giraud

Jean-François Giraud a connu l’Ecole depuis la direction de Roger Fatus, le déménagement de la rue de Monceau vers le boulevard Raspail, jusqu’à la direction de René-Jacques Mayer.

Dans le cadre de notre tentative de restitution d’une histoire de l’école, cette visite se veut une contribution à situer géographiquement un passé pédagogique.

monceaurdc

Plan du rez-de-chaussée du Musée, état « actuel » (2012)

Les élèves, les profs ou l’équipe administrative, entraient dans l’école par la porte principale, rue de Monceau, et les différentes classes ou salles donnaient toutes sur la cour d’honneur, mis à part quelques bureaux et salles du premier étage, accessibles par les escaliers de part et d’autre de l’entrée.

Sur le plan, les fonctions indiquées correspondent au projet de René Sergent pour Nissim de Camondo, avant que l’hôtel particulier soit reconverti en musée.

L’ancienne remise à voitures (salle de réception), qui est investie aujourd’hui par le restaurant Le Camondo, était le centre névralgique de l’Ecole, où, dans les années 1970, fut installée une mezzanine métallique, comme le permettait la hauteur sous plafond.

camondogarage

Garage, puis salle de cours, aujourd’hui restaurant

Les réunions, les fêtes, des cours, étaient dispensés là.

IMG_1113.jpg

Entrée, double-porte vitrée depuis la cour d’honneur, sur l’ex descente à couvert de l’hôtel particulier

L’ancienne sellerie était le bureau du régisseur (Jean-François Giraud dans les années 1980), le restaurant y a installé une salle privée du genre VIP.

La loge est toujours la loge, avec son logement de fonction au premier étage, Monsieur Pierre Olivier et sa femme, concierges jusqu’en 1987, année du départ pour le 266 boulevard Raspail.

IMG_1108.jpg

Entrées du bureau du régisseur, à gauche, et de la salle (aujourd’hui restaurant) depuis la cour d’honneur

Les anciennes écuries sont une grande salle de cours, qui n’a pas été transformée, et qui accueille aujourd’hui les élèves des Ateliers du Carrousel.

IMG_1111.jpg

Entrées depuis la cour d’honneur sur les anciennes écuries

IMG_1122.jpg

Salle de cours, anciennes écuries

La salle de pansage des chevaux, avec son éclairage zénithal sous verrière, était la salle des cours de dessin, et la « Descente à couvert » au fond à droite de la cour d’honneur, elle aussi une salle de cours.

IMG_1110.jpg

Derrière les deux double-portes, la salle de dessin. Au premier plan l’ami Giraud

IMG_1117.jpg

Salle de dessin

Enfin, toujours au rez-de-chaussée, première porte à droite en entrant, petit local attenant aux anciennes écuries, abritant un labo photo et le tirage de plans.

monceaupremieretage.jpg

Plan du premier étage du Musée

Au premier étage, le plan dit actuel (2012) montre deux ateliers, à l’angle nord-ouest. Ils se divisaient en une salle de cours, un bureau de direction, et un secrétariat.

Une petite pièce, au deuxième étage, servait d’entrepôt pour un embryon de bibliothèque (environ un millier d’ouvrages).


2 commentaires

  1. Peut-être le gris des cheveux de JFG, et encore.

  2. iragui dit :

    Rien n’a changé en fait ! Ou si peu !

Commentez cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Tous les articles